Sécheresse vaginale : définition et traitements

Vous êtes ici : / Blog / Sexe / Sécheresse vaginale : définition et traitements

La sécheresse vaginale peut être une source de sérieux désagréments pour une femme. Elle peut la priver de plaisir et la gêner vis-à-vis de son partenaire. Ce phénomène peut être bien traité par différents moyens.

vaginaleQu’est-ce que la sécheresse vaginale ?

De la puberté à la ménopause, sous l’influence des hormones, le vagin se met à fabriquer des sécrétions liées à la production d’œstrogène auxquelles la glaire cervicale produite vient s’en mêler par le col de l’utérus. Cette humidification du vagin contribue à maintenir la muqueuse vaginale en bonne santé et en bon état. Au cours du temps, elle peut changer et devenir insuffisante. Ce qui entraîne la sécheresse vaginale.

La sécheresse vaginale est un problème qui peut freiner l’élan amoureux et compromettre le plaisir. Généralement, on confond le manque d’humidification et le manque de lubrification du vagin. Il est vrai que tous deux sont appelés sécheresse vaginale, mais elles interviennent à différents moments. Le manque d’humidification du vagin survient à tout moment même en l’absence de vie intime. Elle peut aussi baisser la capacité de défense de la muqueuse. Ce qui favorise le risque élevé d’infections. À part cela, elle peut encore engendrer d’irritations, démangeaisons et brûlures. Quant au manque de lubrification, elle n’intervient qu’au moment du rapport sexuel.

Des traitements hormonaux

Lorsque la sécheresse vaginale survient à la période de péri ménopause, le gynécologue va offrir des traitements hormonaux locaux à faibles doses tels que le Trophigil, le Colpotrophine, le Physiogine. Ce traitement redonne de manière très rapide souplesse et confort à la muqueuse vaginale. Le traitement peut également être associé à la prescription d’ovules de Geliofil qui est un gel de glycogène et d’acide lactique. Ces ovules vont alors nourrir les bonnes bactéries pour qu’elles puissent bien se proliférer.

L’acide hyaluronique

Après la ménopause ou après le traitement d’un cancer, la muqueuse génitale de la femme peut s’atrophier. Cela provoque des gênes et douleurs importantes. La safe réjuvénation vulvo-vaginale (SRVV) ou la technique d’injection d’acide hyaluronique non réticulé dans la muqueuse apporte un apaisement aux femmes. L’acide a des propriétés hydratantes. Ce traitement peut aussi être prescrit pour les femmes souffrant d’une sécheresse vaginale.

La radiofréquence thermo-contrôlée

La radiofréquence thermo-contrôlée est un traitement de la muqueuse vaginale. Elle consiste à chauffer la muqueuse pendant 30 minutes à température douce. Cela afin de stimuler la formation du collagène, augmenter la vascularisation, hydrater et redonner de la tonicité à la muqueuse. Les tissus devient alors bien nourris et le pH vaginal plus régulé, d’où une flore rééquilibrée.

Utilisation des crèmes réparatrices

Dès qu’une sensation d’inconfort et de sécheresse se ressent, il ne faut pas attendre pour agir. Il est toujours conseillé d‘aller voir directement un gynécologue. Ce dernier va vérifier s’il s’agit d’une infection de type mycose ou vaginose. Si l’infection se confirme, elle sera traitée par des antibiotiques ou antifongiques sous forme d’ovules. Lorsque la maladie est soignée, un traitement de l’inconfort sera prescrit. Il est à base de crèmes ou ovules qui génèrent un gel réparateur, hydratant et nourrissant pour la muqueuse vaginale.

Le laser vaginal

Le laser vaginal vaporise la couche superficielle de la muqueuse asséchée et atrophique. Il favorise la repousse d’une nouvelle muqueuse en bonne santé. Cette intervention n’est pratiquée que lorsque toutes les autres pratiques ne sont plus efficaces.

A lire également :

Les astuces pour rééquilibrer la flore vaginale

Le lien entre la pilule et la prise de poids

pharmacie en ligne blog

Laisser un commentaire

Votre adresse mail ne sera pas publiée / Les champs marqués d’un astérisque (*) sont obligatoires. ( obligatoire )