Quand parle-t-on de syndrome prémenstruel ?

Vous êtes ici : / Blog / Sexe / Quand parle-t-on de syndrome prémenstruel ?

Le syndrome prémenstruel est un trouble que la majorité des femmes connaissent bien. Caractérisé par de nombreux symptômes qui apparaissent les jours précédents les menstruations, il faut savoir que certaines femmes se sentent parfaitement bien durant cette période et ne présentent aucun symptôme. Ainsi, le syndrome prémenstruel ne concerne pas toutes les femmes. Et d’ailleurs, les symptômes de ce trouble varient d’une femme à une autre. Découvrez ici tous ce qu’il faut savoir sur ce syndrome !

Quand parle-t-on de syndrome prémenstruel ?

Description du syndrome prémenstruel

Le syndrome prémenstruel survient quelques jours avant le début des règles et disparait le premier jour des menstruations. Il regroupe une série de symptômes physiques et psychologiques sans gravité, mais demeure toutefois désagréable et incommodant. Il se peut même qu’ils perturbent les activités quotidiennes des concernées.

D’après les statistiques, près de 75 % des femmes fécondes ressentent des symptômes légers à la veille ou au moment de leurs règles. Il s’agit notamment de crampes légères. Cependant, cela ne les empêche pas de poursuivre leurs activités normales au quotidien. D’un autre côté, entre 20 % à 30 % des femmes ont des symptômes suffisamment intenses qui peuvent perturber leurs activités. En effet, d’autres femmes peuvent présenter une forme plus grave du syndrome prémenstruel appelé trouble dysphorique prémenstruel ou TDP. Cette forme désigne des manifestations du syndrome prémenstruel plus prononcées. Les femmes qui ont ce type de SPM peuvent présenter une dépression grave et des sauts d’humeur intenses.

Les causes et les symptômes du syndrome prémenstruel ou SPM

Les causes exactes du syndrome prémenstruel sont encore assez mal comprises. Cependant, on sait que l’explication se trouve au niveau hormonal. En effet, ces symptômes peuvent être liés au cycle menstruel lui-même. Il est réglé par l’interaction des hormones sécrétées par l’hypophyse. Ces hormones, notamment l’œstrogène et la progestérone, gèrent le déclenchement du cycle menstruel des jeunes filles à la puberté et à la fécondation et déterminent également l’arrêt des règles à la ménopause.

Une des explications les plus évidentes est les changements hormonaux typiques de la deuxième partie du cycle menstruel. Lorsque la sécrétion d’œstrogènes baisse, celle de la progestérone augmente, puis chute à son tour en l’absence de grossesse. C’est lorsque la progestérone baisse brutalement que les règles surviennent. Mais avant qu’elle ne baisse, on sait que l’œstrogène est responsable de rétention d’eau qui provoque un important gain de poids. Cette hormone entraine également une hypersensibilité, des ballonnements et des crampes ainsi que des gonflements des seins. Une autre explication implique la fluctuation des neurotransmetteurs, plus particulièrement celle de la sérotonine dans le cerveau.

Par ailleurs, certaines études montrent que le syndrome prémenstruel peut être causé par une carence en vitamines ou minéraux, par un excès de consommation d’aliments riches en sel ou encore par la consommation abusive d’alcool ou de caféine.

Les principaux symptômes du syndrome prémenstruel

Les symptômes du SPM ou syndromes prémenstruels sont différents chez chaque femme. Et même s’il est possible qu’ils se ressemblent, leurs intensités peuvent totalement varier. Il faut aussi noter que les symptômes peuvent durer de quelques heures à 2 semaines avant le début des menstruations. Par ailleurs, ils disparaissent en général lorsque les menstruations commencent. Cependant, les symptômes d’une femme qui approche de la ménopause persistent parfois durant et après les menstruations.

Il existe trois types de symptômes. Les changements physiques se manifestent par des ballonnements et crampes au niveau du ventre, constipation ou diarrhée ; fatigue intense ; maux de tête ; acnés et aggravation d’allergies ; bouffées de chaleur ; gonflement mammaire ; troubles de l’appétit. Des chutes de tension, un gain de poids passager, des nausées et vomissements, etc. peuvent aussi apparaitre. Quant aux changements au niveau psychologique, la femme en question peut avoir des sauts d’humeur fréquents, ressentir de la colère, de l’agitation, de la tristesse voire de dépression. Elle peut ainsi souffrir de manque de sommeil. Enfin, les changements d’état mental se caractérisent par de la confusion, des troubles de la concentration ainsi que des étourdissements et des trous de mémoire.

Article connexe :

Les causes de l’aménorrhée (ou absence de règles)

Changement des règles après 40 ans : ce qu’il faut connaître !

pharmacie en ligne blog

Laisser un commentaire

Votre adresse mail ne sera pas publiée / Les champs marqués d’un astérisque (*) sont obligatoires. ( obligatoire )