Par quelle voie faut-il utiliser les huiles essentielles ?

Vous êtes ici : / Blog / Santé / Par quelle voie faut-il utiliser les huiles essentielles ?

Les huiles essentielles permettent d’apaiser les éventuels maux du quotidien. Elles sont efficaces pour soulager les affections des voies respiratoires et les infections cutanées. Leur utilisation se décline sous différentes manières : voie orale, cutanée…

Huiles essentiellesTraiter les voies respiratoires

Les huiles essentielles agissent sur les voies respiratoires à condition d’être dispersées dans l’air avec un diffuseur électrique. Il est également possible de les diluer dans de l’eau frémissante, puis d’inhaler la vapeur produite. En outre, vous pouvez inspirer directement l’odeur qui s’exhale lors de l’ouverture du flacon. Les molécules des HE traversent les narines et font appel aux poumons pour des échanges gazeux. Elles pénètrent après coup dans le sang. Pour plus d’efficacité, il faut utiliser des huiles essentielles d’agrumes ou de conifères.

Bain aux huiles essentielles

Les actifs des huiles essentielles agissent sur le système ORL à la manière d’une inhalation, lorsque vous ajoutez quelques gouttes à votre bain chaud. Ils pénètrent la peau et le système de circulation sanguine, puis ils soulagent les maux de l’intérieur et vous procurent un bon sommeil.

Vous pouvez choisir entre les huiles contenant les ingrédients clés, tels que la camomille, l’eucalyptus radié, l’orange douce, le pin sylvestre, la lavande, le romarin, le thym à linalol ou encore l’ylang-ylang. Il est possible de mélanger ces derniers sans en verser plus de 10 gouttes dans une petite baignoire. Toutefois, si le récipient sanitaire est grand, il faut compter environ 20 gouttes.

HE par voie orale

Les huiles essentielles s’absorbent par voie orale. Toutefois, comme certaines d’entre elles sont de nature neurotoxique (thuya, sauge officinale, carvi…) et hépatotoxique (origan, basilic tropical, thym…), leur absorption nécessite énormément de prudence. La prescription d’un professionnel de santé est à respecter, que ce soit dans le cadre d’un traitement préventif ou curatif. Il est proscrit d’avaler une goutte d’HE sans l’avoir diluée avec de l’huile de cuisine, de la teinture mère, du sucre ou encore de la mie du pain.

Assurer l’homogénéité du bain

Les huiles essentielles ne sont pas hydrosolubles, car lorsqu’elles sont mélangées avec de l’eau, elles restent en surface pour créer des bulles. Par conséquent, la peau risque d’être irritée, voire brûlée. Pour que l’épiderme soit à l’abri de l’inflammation, il est inévitable d’ajouter au bain une base neutre, vendue en pharmacie. Vous pouvez choisir du lait ou de la crème commercialisée en grande surface, au rayon alimentaire. Pour plus de praticité, il vaut mieux brasser l’eau de manière à la diffuser en tous sens. Ainsi, vous obtiendrez un mélange plus ou moins homogène.

Après avoir pris le temps de laisser agir l’huile, il convient de sécher la peau tout en douceur, en la tamponnant délicatement à l’aide d’une serviette.

Huiles essentielles dans les plats

Les HE donnent du goût à vos plats tout en y apportant une touche d’originalité. Toutefois, des mets pour 3 personnes ne requièrent que 3 gouttes d’huile essentielle au maximum. En abondance, la substance grasse rend la nourriture immangeable. Elle perd son principe odorant ou son arôme à défaut d’être ajoutée aux aliments dès leur cuisson. Pour une préparation salée, les huiles essentielles de gingembre, de romarin, de thym et de laurier sont à privilégier. Par contre, la menthe, l’orange, le citron, la lavande ou bien la cannelle sont les ingrédients principaux à préférer pour parfumer un dessert.

A lire également :

Les huiles essentielles à emporter en voyage

Les solutions contre les maux de l’hiver

pharmacie en ligne blog

Laisser un commentaire

Votre adresse mail ne sera pas publiée / Les champs marqués d’un astérisque (*) sont obligatoires. ( obligatoire )