Protégeons nos poumons de l’air pollué

Vous êtes ici : / Blog / Santé / Protégeons nos poumons de l’air pollué

Que cela soit à l’intérieur qu’à l’extérieur, la qualité de l’air n’est pas toujours bonne. Les substances inhalées quotidiennement peuvent provoquer une inflammation des voies respiratoires. Toutefois, certains gestes peuvent être appliqués pour protéger nos poumons de l’air pollué.

Protégeons nos poumons de l’air pollué

La réduction des effets du tabac sur les poumons

La fumée de tabac renferme plus de 4 000 substances toxiques comme la nicotine, le goudron, l’ammoniac, les hydrocarbures, les métaux lourds, etc. Ces particules s’accumulent alors dans les poumons provoquant un stress oxydatif, une inflammation, et même des mutations cancéreuses au fil du temps.

L’idéal est donc d’arrêter le tabac en s’aidant des substituts nicotiniques, de l’e-cigarette, de l’hypnose, par exemple. Vous pouvez aussi faire appel à un tabacologue si vous pensez que c’est trop difficile. En arrêtant le tabac, les effets positifs sur les poumons sont visibles immédiatement. Vous récupérez notamment un taux d’oxygène normal dans le sang, et ce, en deux jours.

La réduction des effets de la pollution atmosphérique sur les poumons

La pollution atmosphérique agit comme la fumée de tabac. Les polluants les plus préoccupants sont les particules fines PM2,5. Il s’agit des suies provenant de la combustion de matières organiques comme le tabac, le diesel, le chauffage au bois, etc. Ces particules possèdent un cœur de carbone et une enveloppe de molécules non-brûlées susceptibles d’être cancérogènes. L’ozone est également un sujet d’inquiétude. Il s’agit de gaz se formant sous l’effet d’une réaction chimique entre les ultraviolets et le dioxyde d’azote dégagé par le trafic routier.

Il faut savoir que le mécanisme de défense de l’organisme humain est plus ou moins efficace contre ce genre de pollution. Toutefois, il est recommandé d’éviter les efforts physiques pendant les pics de pollution. Il est également conseillé d’éviter les sorties aux heures chaudes, notamment pour les enfants, les femmes enceintes, les personnes âgées ou souffrant d’insuffisances respiratoires.

La réduction des effets de la pollution intérieure sur les poumons

L’air est chargé d’émanations de produits d’entretien, de peintures, de colle ou de vernis dans les lieux d’habitation et les espaces confinés. Ces substances peuvent être particulièrement agressives C’est le cas de l’eau de javel qui peut provoquer une irritation aigüe des voies respiratoires. Ces irritations sont semblables à de l’asthme et deviennent chroniques dans près d’un quart des cas.

Pour prévenir ce genre de pollution, il est conseillé de bien aérer le logement pendant 5 à 10 minutes deux fois par jour. Il est préférable de procéder à l’aération « à la fraîche », quand le taux de pollution est au plus bas. Pour effectuer le ménage dans le lieu d’habitation, il est recommandé d’utiliser des produits basiques tels que le savon noir. Evitez aussi d’utiliser les sprays, les bougies, les encens ou encore les papiers d’Arménie.

La réduction des effets des allergènes sur les poumons

En plus des acariens et des poils d’animaux, les pollens font partie des allergènes respiratoires. Ils provoquent une irritation chronique comme les asthmes allergiques et les rhinites allergiques qui sont des maladies des bronches. De plus, les pollens sont plus agressifs sous l’effet du réchauffement climatique.

Il est recommandé d’éviter la source des allergies pour réduire les effets des allergènes. Pour limiter l’exposition aux pollens, il est conseillé de ne pas sécher son linge en plein air. Il est également conseillé de se rincer les cheveux le soir et de bien aérer son habitation avant le lever et après le coucher du soleil.

Article connexe :

Les effets de la cigarette électronique sur les poumons !

Pourquoi arrêter de fumer ?