Tout savoir sur la pelade

Vous êtes ici : / Blog / Beauté / Tout savoir sur la pelade

À ne pas confondre avec la calvitie, la pelade est un phénomène se traduisant par la perte de cheveux. Elle est principalement d’origine héréditaire et concerne tant les femmes que les hommes. Pour beaucoup, c’est un trouble impactant le quotidien et il peut causer une gêne psychologique. Il est aussi capricieux qu’imprévisible. Pour certains, il guérit de lui-même. Pour d’autres, s’en débarrasser est chose pratiquement impossible. Souhaitez-vous savoir pourquoi ? Nos explications ci-après.

Tout savoir sur la pelade

Qu’entend-on par « pelade » ?

La pelade est une perte de pilosité par plaques, souvent localisée au niveau du cuir chevelu. On la connaît aussi par l’autre dénomination d’alopécie en plaques. Elle se manifeste par un dégarnissement capillaire de la tête par endroits. Elle peut guérir d’elle-même et elle peut également récidiver.

Le souci avec ce trouble, c’est son imprévisibilité. Il se manifeste différemment d’une personne à une autre. Si la majorité des sujets atteints en guérissent après 1 an, une minorité peut en être atteinte de manière chronique et sans possibilité de repousse capillaire. Ce trouble peut même évoluer et revêtir une forme extensive. Au lieu de se contenir à la tête, il s’étend sur l’ensemble du crâne et jusqu’à la barbe. Il arrive aussi que les ongles en soient victimes en se déformant en se teintant d’une marque à son extrémité.

Qu’est-ce qui cause une pelade ?

Aucune étude scientifique ne dégage pour l’instant les réels éléments en cause d’une pelade. Elle est généralement d’origine héréditaire (valable chez 20 à 40 % des sujets atteints). Toutefois, une infection virale, un excès de stress ou l’utilisation d’un produit chimique peuvent aussi en être les causes.

Concrètement, des études supposent qu’une réaction auto-immune appariée à un mécanisme de destruction peut stimuler les anticorps pour qu’ils s’en prennent aux follicules pileux. Ce qui explique en partie pourquoi ce trouble est associé à des maladies auto-immunes comme le vitiligo, l’arthrite rhumatoïde, le diabète de type I, la thyroïdite de Hashimoto et le lupus discoïde.

Comment se manifeste la pelade ?

Elle se reconnaît par une apparition soudaine d’un ou de plusieurs cercles et zones ovales (1 à 4 cm de diamètre) totalement dégarnis de cheveux ou de poils. Cela s’accompagne parfois des signes suivants :

  • Démangeaisons ou sensation de brûlure au niveau de la partie concernée
  • Alternance de chute et de repousse tous les 1 à 3 mois
  • Ongles présentant des anomalies (striations, points, rougeurs, fissures) ou devenant cassants, ternes et rugueux
  • Perte de tous les cheveux chez les jeunes sujets.

Quels traitements pour enrayer une pelade ?

Jusqu’à présent, il n’existe aucun traitement apte à venir à bout de la pelade. Certaines solutions peuvent néanmoins stimuler la repousse capillaire.

Pour une forme légère, vous pouvez notamment utiliser des corticostéroïdes (application ou injection), une solution de minoxidil (2 ou 5 %) ou une crème ou onguent à l’anthraline. En cas de formes extensives générant plus de 50 % de pertes de pilosité, on ajoute à ces traitements une immunothérapie par contact, des corticostéroïdes par voie orale ou une photochimiothérapie (PUVA). Pour une approche plus douce, l’hypnothérapie est efficace. Néanmoins, le sujet doit modifier son régime alimentaire en consommant moins de protéines, de lait et de produits laitiers. Il doit prioriser les protéines d’origine végétale, les fruits et les légumes bio, l’huile d’olive extravierge et les aliments riches en acides gras oméga-3.

Il est toutefois à noter que la médication n’est pas forcément nécessaire. Près de 80 % des personnes touchées en guérissent naturellement 6 à 12 mois après les pertes de cheveux.

pharmacie en ligne blog

Laisser un commentaire

Votre adresse mail ne sera pas publiée / Les champs marqués d’un astérisque (*) sont obligatoires. ( obligatoire )